Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) : un dispositif précieux pour les entrepreneurs

L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) est un dispositif destiné aux demandeurs d’emploi souhaitant créer ou reprendre une entreprise. Cette aide financière, souvent méconnue, est pourtant d’une grande utilité pour les entrepreneurs en herbe. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur l’ARCE : conditions d’éligibilité, montant de l’aide, démarches à effectuer et conseils pour maximiser ses chances de succès.

Qu’est-ce que l’ARCE ?

L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) est une aide financière versée par Pôle emploi aux demandeurs d’emploi qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise. Elle permet de bénéficier d’un capital de départ pour financer les premiers investissements nécessaires au lancement de son activité. L’ARCE est attribuée sous certaines conditions et vient en complément de l’ACCRE (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprises), qui permet de bénéficier d’exonérations sociales pendant les premières années d’activité.

Qui peut bénéficier de l’ARCE ?

Pour être éligible à l’ARCE, il faut remplir plusieurs critères :

  • Être demandeur d’emploi indemnisé au titre de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou de l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP).
  • Avoir obtenu l’ACCRE, qui est accordée aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise et remplissant certaines conditions (notamment en termes d’activité et de capital social).
  • Créer ou reprendre une entreprise en tant que travailleur indépendant.

Le versement de l’ARCE est également soumis à la validation du projet par Pôle emploi, qui vérifie notamment la viabilité économique et financière de l’entreprise et la cohérence du parcours professionnel du demandeur d’emploi avec son projet entrepreneurial.

A lire  La prévention professionnelle : clé de voûte d'une entreprise en bonne santé

Quel est le montant de l’ARCE ?

L’ARCE correspond à un pourcentage des droits restants à l’ARE au moment de la création ou reprise d’entreprise. Le montant de l’aide est égal à 45 % des allocations chômage restantes, versées en deux fois : 50 % au démarrage de l’activité, puis 50 % six mois après, sous réserve que l’entreprise soit toujours en activité.

Il est important de noter que le versement de l’ARCE entraîne la cessation du versement des allocations chômage. En effet, le bénéficiaire ne peut pas cumuler les deux dispositifs. Toutefois, si le montant total perçu au titre de l’ARCE s’avère inférieur aux allocations chômage restantes, il est possible de demander la réactivation des droits à Pôle emploi en fin d’aide.

Comment bénéficier de l’ARCE ?

Les démarches pour obtenir l’ARCE sont relativement simples. Il suffit de suivre les étapes suivantes :

  1. Déclarer son projet de création ou reprise d’entreprise auprès de Pôle emploi, qui vous accompagnera dans la réalisation d’une étude de marché et l’établissement d’un business plan.
  2. Demander l’ACCRE auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE) compétent, en fournissant les documents nécessaires (statuts de l’entreprise, justificatifs d’éligibilité, etc.).
  3. Une fois l’ACCRE obtenue, demander l’ARCE auprès de Pôle emploi en fournissant une copie du formulaire ACCRE et un justificatif d’affiliation au régime des travailleurs non salariés (TNS).

Il est recommandé de se rapprocher de Pôle emploi et du CFE pour être accompagné dans ces démarches et maximiser ses chances d’obtenir les aides.

Conseils pour réussir son projet entrepreneurial avec l’ARCE

Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté dans la réussite de votre entreprise grâce à l’aide apportée par l’ARCE :

  • Préparez bien votre projet en amont : réalisez une étude de marché approfondie et élaborez un business plan cohérent et réaliste.
  • Bénéficiez des conseils et formations proposés par Pôle emploi ou d’autres organismes spécialisés (chambres de commerce, réseaux d’accompagnement, etc.) pour renforcer vos compétences entrepreneuriales.
  • Anticipez les besoins en financement de votre entreprise et n’hésitez pas à solliciter d’autres aides financières ou dispositifs d’accompagnement (prêts d’honneur, subventions régionales, etc.).
  • Entourez-vous de professionnels (expert-comptable, avocat, etc.) pour vous aider dans la gestion administrative et financière de votre entreprise.
A lire  Loungefly : La réussite fulgurante d'un business basé sur la passion des fans

L’Aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) est donc un dispositif précieux pour les demandeurs d’emploi souhaitant se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. En bénéficiant de cette aide et en suivant les conseils prodigués dans cet article, vous maximiserez vos chances de succès et contribuerez au développement économique et social de notre pays.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*