Calculer la trésorerie nette de son entreprise : un indicateur clé pour évaluer sa santé financière

La trésorerie nette est un indicateur essentiel pour les entreprises, car elle reflète leur capacité à faire face à leurs engagements financiers à court terme. Elle permet également d’évaluer la santé financière globale d’une entreprise et d’anticiper d’éventuelles difficultés. Dans cet article, nous vous expliquerons comment calculer la trésorerie nette de votre entreprise et comment l’interpréter.

Première étape : comprendre ce qu’est la trésorerie nette

La trésorerie nette correspond à la différence entre les liquidités disponibles (encaissements) et les dettes à court terme (décaissements). Elle représente donc le montant dont dispose une entreprise pour faire face à ses besoins immédiats, tels que le paiement des salaires, des fournisseurs ou des charges sociales. La trésorerie nette est aussi une mesure de la solvabilité et de la liquidité de l’entreprise.

Deuxième étape : calculer la trésorerie brute

Pour obtenir la trésorerie nette, il faut d’abord déterminer la trésorerie brute. Celle-ci se compose des éléments suivants :

  • Les disponibilités en banque : c’est-à-dire l’ensemble des soldes créditeurs des comptes bancaires de l’entreprise.
  • Les valeurs mobilières de placement : il s’agit des placements financiers à court terme effectués par l’entreprise, tels que les actions, les obligations ou les titres de créances négociables.
  • Les liquidités en caisse : ce sont les sommes d’argent liquide détenues par l’entreprise, par exemple dans une caisse enregistreuse ou un coffre-fort.
A lire  Développement business auto ecole : les clés du succès

La trésorerie brute est donc égale à la somme de ces trois éléments.

Troisième étape : calculer les dettes à court terme

Les dettes à court terme, également appelées passifs circulants, représentent l’ensemble des sommes que l’entreprise doit rembourser dans un délai d’un an ou moins. Parmi celles-ci, on retrouve notamment :

  • Les dettes fournisseurs : montant total des factures impayées des fournisseurs.
  • Les dettes fiscales et sociales : impôts sur les bénéfices, TVA, cotisations sociales, etc.
  • Les emprunts et crédits à court terme : découverts bancaires, crédits de trésorerie, etc.

Pour calculer le montant total des dettes à court terme, il suffit d’additionner ces différentes catégories de dettes.

Quatrième étape : déterminer la trésorerie nette

Une fois que vous avez calculé la trésorerie brute et les dettes à court terme, il ne vous reste plus qu’à soustraire ces dernières de la trésorerie brute pour obtenir la trésorerie nette :

Trésorerie nette = Trésorerie brute – Dettes à court terme

Cinquième étape : analyser la trésorerie nette

L’interprétation de la trésorerie nette dépend de plusieurs facteurs, tels que la taille de l’entreprise, son secteur d’activité ou encore son niveau d’endettement. Toutefois, voici quelques repères généraux :

  • Une trésorerie nette positive signifie que l’entreprise dispose de liquidités suffisantes pour faire face à ses engagements à court terme. C’est un signe de bonne santé financière.
  • Une trésorerie nette négative indique que l’entreprise doit trouver des sources de financement supplémentaires (emprunts, augmentation du capital, etc.) pour assurer sa solvabilité à court terme. Une trésorerie nette négative peut être le signe d’un problème structurel dans la gestion de l’entreprise ou d’une situation conjoncturelle défavorable (baisse des ventes, hausse des charges, etc.).
A lire  Les véhicules électriques et les partenariats stratégiques entre constructeurs et fournisseurs de batteries

Il est recommandé de suivre régulièrement l’évolution de la trésorerie nette et d’établir des prévisions à court et moyen terme pour anticiper les besoins en financement et éviter les difficultés.

Dans tous les cas, il est important de ne pas se contenter d’une analyse ponctuelle de la trésorerie nette, mais de l’inscrire dans une démarche globale d’évaluation et de suivi des performances financières de l’entreprise. Cela implique notamment de mettre en place des outils de gestion adaptés (tableaux de bord, logiciels comptables, etc.) et d’effectuer un contrôle régulier des flux financiers.

La trésorerie nette est un indicateur clé pour évaluer la santé financière d’une entreprise. En calculant régulièrement cet indicateur et en l’analysant dans son contexte global, les dirigeants d’entreprise peuvent anticiper les difficultés financières et prendre les mesures nécessaires pour assurer la pérennité de leur activité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*