Épargner en fonction de son âge

En cette fin d’année, c’est le moment de faire le point sur vos finances et de planifier vos objectifs pour l’année à venir. C’est aussi le moment idéal pour analyser en détail votre épargne. La meilleure façon de le faire est de se fixer des objectifs pour sa tranche d’âge.

De 20 à 30 ans

Entre 20 et 30 ans, vos finances ne sont pas encore stables, mais vous pouvez commencer à placer des sommes modestes sur votre livret A après cet âge. La défiscalisation de ce dernier est un avantage certain. C’est également un excellent moment pour commencer un PEL dans l’immobilier.

De 30 à 40 ans

À 30 ans, vous aurez fini de constituer votre premier matelas financier. Vous pouvez alors commencer à investir dans un Plan d’Épargne Entreprise (PEE), avec un engagement mensuel d’environ 500 euros pendant dix ans. Ce compte est défiscalisé et vous permet d’effectuer des retraits en capital en cas d’imprévu comme le chômage ou l’invalidité. À cet âge, il est encore possible de continuer à investir sur un livret A, mais seulement si vous ne vivez pas au jour le jour. Dans ce cas, il est plus judicieux de placer son argent sur un compte d’épargne à la banque.

De 40 à 50 ans

À 30 ans, vous aurez fini de constituer votre premier matelas financier. Vous pouvez alors commencer à investir dans un Plan d’Épargne Entreprise (PEE), avec un engagement mensuel d’environ 500 euros pendant dix ans. Ce compte est défiscalisé et vous permet d’effectuer des retraits en capital en cas d’imprévu comme le chômage ou l’invalidité. À cet âge, il est encore possible de continuer à investir sur un livret A, mais seulement si vous ne vivez pas au jour le jour. Dans ce cas, il est plus judicieux de placer son argent sur un compte d’épargne à la banque.

De 40 à 50 ans

À la quarantaine, les gens ont généralement plus de patrimoine et peuvent commencer à investir dans une Société d’Epargne en Actions (SEE), avec un engagement mensuel d’environ 500 euros pendant dix ans. La SEE permet d’effectuer des retraits en capital en cas d’imprévu, comme le chômage ou l’invalidité. Il faut veiller à ne pas retirer de l’argent du compte avant l’âge de 50 ans, sous peine de devoir payer des impôts sur celui-ci.

A ce stade, il est également possible de continuer à investir sur des comptes immobiliers PEL dans les banques locales. Là encore, attention à ne pas retirer les fonds avant 50 ans si l’on ne veut pas être taxé dessus à 8 %.

A partir de 50 ans

Si vous travaillez encore à ce moment-là, vous devez cesser d’effectuer des versements réguliers sur vos comptes immobiliers PEL dans les banques locales. Vous pouvez toutefois continuer à effectuer des versements sur votre livret A jusqu’à l’âge de 59 ans. Après cette date, vous ne pourrez plus placer d’argent sur ces comptes pendant cinq ans sans être taxé à 8 %.

La meilleure façon de placer un capital aujourd’hui

En règle générale, si vous disposez d’un capital à investir supérieur à 75 000 euros et que vous voulez avoir la certitude de l’avoir toujours en totalité au bout de 10 ans – même en cas d’inflation élevée -, vous devriez envisager d’investir dans l’immobilier. Si l’inflation était élevée, la valeur de votre capital pourrait diminuer considérablement pendant cette période. En revanche, les prix de l’immobilier ont tendance à augmenter au fil du temps en raison de l’inflation réelle .

Si vous souhaitez placer votre argent dans l’immobilier, veillez à bien choisir la région. Bien que les prix varient selon les régions (Paris est plus cher que Marseille par exemple), même si les prix augmentent de 10 ou 20 % par an, il y a de fortes chances que vous ne voyiez aucun retour sur investissement pendant les 5 années suivant votre achat. Pendant cette période, il est préférable d’investir sur un compte d’épargne à la banque où l’argent est accessible sans pénalité (bien que vous soyez imposé). Si l’inflation décolle, il serait alors judicieux de placer la totalité de votre capital investi dans l’immobilier.

Investir une partie de votre capital

Si vous avez entre 75 000 et 200 000 € à investir et que vous souhaitez une certaine sécurité sur vos avoirs vous devriez envisager de placer une partie de votre capital sur un compte PEE et l’autre moitié dans l’immobilier. Ce serait un compromis intéressant qui offre le meilleur des deux mondes : une protection contre l’inflation et un retour sur investissement efficace.

Investir moins de 75 000 euros

Si vous n’avez pas beaucoup à investir (10 à 15 000 €), il est préférable de placer tout votre argent sur un seul compte où il sera protégé de l’inflation et des pénalités de retrait : un compte d’épargne à la banque. Vous pouvez également effectuer des retraits non imposables pour améliorer votre logement ou effectuer de gros travaux (jusqu’à 30 % des fonds que vous avez investis).

À ce stade, il n’y a pas lieu d’envisager de payer des impôts sur les gains en intérêts, car les impôts sont relativement élevés par rapport à ceux que vous payez sur vos placements .

Si vous n’avez pas assez d’argent pour verser un acompte sur une maison ou un appartement et que les prix des terrains ne baissent pas dans l’immédiat, le mieux est d’attendre que vos avoirs augmentent avant d’investir. Sinon, si l’inflation commence à décoller, vous aurez intérêt à acheter des biens immobiliers plutôt que de payer un loyer.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*