La dette publique a atteint le 99,3 % du PIB selon l’Insee

On a encore constaté une hausse de 0,3 % de la dette publique de la France au cours du dernier trimestre dernier. Elle atteint presque le seuil des 100 % du PIB. Le montant a atteint le 2322,3 milliards d’euros. La hausse en montant est de 25 milliards. Cet accroissement est surtout dû à l’intégration de la dette de la SNCF.

On espère un déficit de 3,2 % pour l’année prochaine

Emmanuel Macron a fait une annonce, le 10 décembre dernier pour augmenter les primes d’activité, la défiscalisation des heures supplémentaires et l’annulation de CSG pour les retraités touchants moins de 2000 euros. Cette annonce va amener à la dégradation de la dette française. En effet, on estime un déficit public de 3,2 %, en dessus de la norme instaurée par les règles européennes.

Cette nouvelle décision engendre une dépense de 10 milliards d’euros alors qu’elle est seulement compensée par 4 milliards d’euros. 500 millions d’euros de cette somme seront récupérés grâce aux taxes sur les géants de la numérique depuis le 1er janvier. 1,8 milliard vient des écarts d’un an de la réduction de l’impôt sur les sociétés et enfin de l’économie de 1,5 milliard d’euros que la France prévoit comme économie.

Une autre mauvaise nouvelle

  • L’Insee a également annoncé que la France va connaître une croissance au ralenti. Elle l’a estimé à 1,5 %, alors que l’année dernière on a constaté une hausse de 2,2 %. À la fin de l’année, la croissance a été divisée en deux et on a également 0,2 point sur la prévision estimée. Les causes de ce ralentissement sont.
  • La réduction des climats d’affaires
  • Le mouvement des gilets jaunes

Or, le département de conjoncture de l’Insee a déjà diminué la prévision de consommation des foyers pour ce dernier trimestre. D’après Julien Pouget, le Chef du département en question, l’Insee a estimé que les gilets jaunes ne présentent que 0,1 de croissance pour le quatrième trimestre. Toutefois, rien ne confirme que l’impact est beaucoup plus important que prévu.

On mise sur la consommation

Le gouvernement a quand même une échappatoire depuis le début de l’année, car il encourage la consommation en baissant la taxe d’habitation et des cotisations sociales. Il y a également la diminution du prix du pétrole qui peut influer sur ce contexte.

La prévision de l’institut de statistique sur l’augmentation du pouvoir d’achat des Français est de 1,4 % en 2018 comme celui de l’année précédente. Cette progression est constatée grâce aux mesures prises par le gouvernement et à la baisse du prix du pétrole. Pour l’Insee, les principaux freins de la croissance pour le prochain trimestre sont les mouvements des Gilets jaunes, le Brexit en Europe et le protectionnisme à l’international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *